IMG_1227

[lundi 28 septembre 2020] Non classé

Rencontres persanes

La semaine aura été pleine de rebondissements pour les écoles venues voir l’Orchestre ! Si toutes savaient que le spectacle de “Rêveries persanes”, joué les 20 et 21 janvier au soir pour le tout public et le 21 après-midi en concert scolaire, serait un très beau moment de musique, la plupart ignoraient encore tout ce que ce concert leur réservait.

 

Avant que qui que ce soit dans le public ne puisse profiter du concert, le compositeur Reza Vali est venu rencontrer plusieurs groupes d’élèves du Conservatoire de Rayonnement Régional de Rennes. Classes de flûte, aspirants compositeurs, tous se sont réunis dans la salle de répétition de l’Orchestre plus d’une heure durant, lors de laquelle Reza Vali leur a présenté son travail, les spécificités de la musique orientale, sa façon de composer, ainsi que la symphonie qu’ils allaient entendre. Accompagné de son ami d’enfance Khosrow Soltani, le soliste à la flûte Ney, il leur a permis la découverte de cet instrument traditionnel si spécifique, évoquant son histoire si longue et son importance. Les deux hommes étaient également accompagnés de Mohamad Ghavi-helm, percussioniste au tombak et au daf, qui a pu accompagner Khosrow Soltani sur une improvisation autour d’un thème traditionnel persan. Tous les trois ont fait vibrer la salle de répétition de ces sonorités dont elle a si peu l’habitude d’être emplie, pour le plus grand plaisir d’un public conquis.

 

Le lendemain, c’était à la répétition générale du concert que d’autres groupes encore étaient invités. Collèges, lycées et écoles sont venus assister à ce temps de travail, durant lequel le chef Nader Abassi a préparé l’Orchestre aux représentations publiques, qui commençaient le soir-même. Un exercice en situation qui a plongé les spectateurs au plus près de la musique, leur donnant un grand aperçu de ce concert auquel ils ne pouvaient assister. Après un peu plus d’une heure, alors que les musiciens profitaient d’une pause, Reza Vali n’a pas résisté à l’envie de venir une nouvelle fois à la rencontre du public, venant offrir au public une demi-heure de son temps pour parler encore de son travail, mais aussi de ce qu’est aujourd’hui la musique en Iran, de la situation politique et artistique de son pays de naissance, et de ce que c’est que d’être un compositeur iranien aux Etats-Unis. Une fois encore, c’est un public captivé qui l’a accaparé le plus longtemps possible, refusant de perdre un instant de sa présence.

 

Alors que la première représentation publique avait lieu le soir-même, le temps fort de ce concert pour les groupes a eu lieu le lendemain après-midi, pour le concert scolaire de “Rêveries persanes”. Tandis que plusieurs écoles visitaient le matin du même jour l’Opéra de Rennes, découvrant les lieux de spectacle et ses coulisses, l’une d’entre elles se préparait à y entrer : guidés par leurs enseignants et par Marianne Lecler, harpiste et médiatrice de ce concert, ils ont pu, à l’initiative de cette dernière, monter sur la scène lors du concert, se faisant presque têtes d’affiche de ce spectacle ! Enveloppant les œuvres de Reza Vali et de Tchaïkovski d’une histoire inspirée du conte, mettant à l’honneur une flûte Ney animée, Marianne Lecler a fait découvrir aux jeunes élèves les instruments de l’orchestre, leurs différences, mais aussi les subtilités de la musique orientale, la force évocatrice de la musique russe… Jusqu’à la valse ! Et parce que rien ne vaut l’exemple, tandis que l’Orchestre en entamait les premières notes, deux musiciens ont été rejoints par l’une des classes de jeunes enfants en présence, pour quelques pas de danse sur la scène du concert.

 

C’est dans cette ambiance festive que s’est achevée, avant la dernière représentation publique du concert, le voyage proposé par Marianne Lecler et Reza Vali, ainsi que ces trois jours d’une grande intensité pour les publics scolaires, qui auront vibré au son du Ney et aux rythmes de la musique orientale.