Wolfgang-amadeus-mozart_1
Capture d’écran 2020-10-14 à 10.07.26

[mercredi 14 octobre 2020] Non classé

Maestro – Ressources pédagogiques

AU PROGRAMME

Le concert scolaire du 6 novembre prochain vous invite à découvrir deux genres majeurs de la musique symphonique, la symphonie et le concerto, à travers deux grandes œuvres du répertoire : la Symphonie 38 de W.A Mozart (Prague) et le Concerto pour deux violons de JS Bach.
Dans cette page, vous trouverez quelques pistes pour préparer vos élèves à la venue au concert. Ce document s’organise en deux parties (une dédiée à la Symphonie de Mozart, l’autre au Concerto pour deux violons de Bach). Je vous propose quelques focus dans les œuvres, illustrés par des petits guides d’écoute.
N’hésitez pas à me contacter pour toute question ou suggestion,
Bonne lecture, bons concerts!
Hugo Crognier

Symphonie 38, Prague, W.A MOZART

Éléments biographiques
Contexte de composition
Focus 1: les premières mesures
Focus 2: une mélodie mozartienne
Focus 3: Contrastes dynamiques
Focus 4: Agitation et combat
Focus 5: Apaisement, Majeur et mineur
Focus 6: Quand Mozart se cite lui-même

Concerto pour deux violons, BW1043, Jean-Sébastien BACH

Éléments biographiques
Contexte de composition
Focus sur le premier mouvement, Vivace

Symphonie 38, «Prague» Wolfgang Amadeus MOZART

Pour la biographie de Mozart, je vous propose ci-dessous quelques liens, le premier vous dirigera vers une page du site Eduthèque de la Philharmonie de Paris, très riche et bien illustrée…

Ressources biographiques sur Wolfgang Amadeus Mozart

https://edutheque.philharmoniedeparis.fr/doc/0055853-biographie-wolfgang-amadeus-mozart.aspx

France musique, émission Musicopolis, Mozart à Vienne en 1791, produite par Anne-Charlotte Rémond, en 5 épisodes:

https://www.francemusique.fr/emissions/musicopolis/mozart-vienne-en-1791-1-5-12220

Contexte de composition

Composée à Vienne en décembre 1786, conjointement au Concerto pour piano n°25 en ut majeur (la Symphonie n°38 ayant été terminée deux jours plus tard), ce couple d’oeuvres jumelles est écrit en prévision d’un voyage à Prague que Mozart accomplira dès le début de l’année suivante ; Prague, où fin 1786, son opéra, Les Noces de Figaro avait reçu un tel succès que le compositeur fut, au moment de Noël, invité à s’y rendre par ses frères de Loge. Pour ce musicien dont l’amour du public (comme de tout son entourage d’ailleurs), était un besoin quasiment maladif, rien n’aurait pu stimuler davantage ses facultés créatrices.

 

Focus 1: Les premières mesures

Le premier mouvement de cette symphonie débute comme un appel théâtral…

Les cordes et les bois jouent les mêmes notes (on parle d’unisson) sur une nuance forte. Une intensité dramatique est posée d’emblée. Les cuivres et les timbales jouent un rôle de ponctuation rythmique. Cette première page peut être l’occasion d’expliquer ce qu’est un conducteur (la partition du chef d’orchestre sur laquelle tout ce qui est joué par tous les instruments est écrit), comment sont disposés les instruments par famille de haut en bas… Ici en italien et de haut en bas les bois (2 flûtes, 2 hautbois, 2 bassons), les cuivres (2 cors en ré, 2 trompettes), les percussions (timbales) et les cordes (violons 1, violons 2, altos, violoncelles et contrebasses).

Focus 2: Une mélodie mozartienne

Un thème très chantant se détache alors aux violons, comme un personnage sortant de la brume. La verticalité de tout l’orchestre du début cède la place à une mélodie lyrique et raffinée…

Focus 3: Contrastes dynamiques

Dans ce mouvement comme dans toute la symphonie, Mozart utilise des contrastes dynamiques.

➔ expliquer aux élèves la notion de contraste en photographie.

Dans ce passage en particulier, le compositeur fait alterner:
– mesures en tutti (tous les instruments de l’orchestre jouent) avec une nuance forte, longues notes tenues aux vents. En jaune dans le guide d’écoute.
– mesures avec seulement les cordes, nuance piano. En bleu dans le guide d’écoute.

 

Les contrastes dynamiques apparaissent très nettement sur cette capture d’écran du fichier audio…

➔ Le formule rythmique aux timbales, qui apparaît sur les passages tutti & forte, peut facilement être jouée par les élèves, avec la voix (sur «pam»), des petites percussions, ou même en percussions corporelles…

➔ Aborder un des paramètres du son, l’intensité, et ses différentes nuances…

Replaçons ces brefs extraits dans un contexte plus large, en écoutant ce début dans son intégralité…

Focus 4: Agitation et combat

Après l’Adagio introductif vient l’Allegro, parfois tonique, combatif, voire héroïque… Écoute l’extrait suivant…

➔ Quelle nuance entends-tu?
➔ Quelle place est donnée aux timbales et cuivres?
➔ Importance dans la musique militaire/ d’extérieur
➔ Valeurs rythmiques en double croches jouées par les cordes/ caractère agité
➔ Quel est le tempo?

Focus 5: Apaisement, majeur et mineur

Le second thème de cet Allegro est apaisé, comme un repos après le tourment. Cependant, cette mélodie, d’abord jouée dans le mode majeur, apparaît ensuite en mineur, ce qui lui confère un aspect plus sombre, plus mélancolique…

Différence entre mode majeur et mineur, explication par Jean-François Zygel:

 

Focus 6: Quand Mozart se cite lui-même

Dans le mouvement Presto final, le caractère général est enjoué et sautillant. Un thème (mélodie) revient régulièrement, comme un refrain. Cette mélodie dynamique était connue du public de Prague auquel Mozart s’adresse directement. En effet, il s’agit d’un extrait de l’opéra Les noces de Figaro qui était très populaire, en témoignent ces quelques phrases extraites d’une lettre de Mozart:

« Car ici on ne parle de rien d’autre que de – Figaro ; on ne joue, ne sonne, ne chante et ne siffle rien que – Figaro ; on ne va voir d’autre opéra que – Figaro et toujours Figaro. »

– Lettre de Mozart à Gottfried von Jacquin, Prague, 15 janvier 1787

Que se passe-t-il à cet instant dans l’opéra Les noces de Figaro ?

Le comte courtise toutes les femmes. Mais il est concurrencé par un de ses valets Cherubino qui se trouve à ce moment dans la chambre de la comtesse. A l’arrivée du comte, Cherubino se cache dans un cabinet dont il sortira grâce à la malice de Susanna, la servante de la comtesse qui doit se marier avec Figaro. Au moment où le comte s’en va, elle implore Cherubino d’ouvrir vite (Aprite, presto aprite). Mais Cherubino s’est enfui par la fenêtre…

Mozart s’inspire directement de cette mélodie lorsqu’il écrit le thème du dernier mouvement de sa Symphonie 38.

Tous les exemples musicaux entendus dans les guides Metascore sont issus de la version de 1960 du Berliner Philharmoniker, direction Karl BÖHM (Deutsche Grammophon)

Concerto pour deux violons BWV 1043

Jean-Sébastien BACH

Ressources biographiques sur Jean Sébastien BACH

https://edutheque.philharmoniedeparis.fr/0038240-biographie-johann-sebastian-bach.aspx

France musique, émission Musicopolis, Jeans-Sébastien Bach à Leipzig en 1723, produite par Anne-Charlotte Rémond, en 5 épisodes:

https://www.francemusique.fr/emissions/musicopolis/jean-sebastien-bach-leipzig-en-1723-1-9029

Contexte de composition

Jean-Sébastien Bach a composé le concerto pour 2 violons durant la période baroque tardive, environ entre 1720 et 1730, mais la date de composition n’est pas établie précisément.

Il s’agit de son seul concerto pour deux violons.

Composé à Coethen, à l’époque où il servait comme Directeur de la musique pour l’orchestre du Prince Leopold, il a été probablement destiné au premier violon de l’orchestre, Joseph Spiess, et à un autre de ses violoniste talentueux Martin Friedrich Marcus.

Pendant cette période, Bach est focalisé sur la musique instrumentale incluant les travaux pour violon solo (dont les Concertos brandebourgeois).

Ce concerto adopte la forme en trois mouvements (vif, lent vif) empruntée au concerto italien (notamment Vivaldi). Il a été transcrit plus tard pour 2 clavecins en do mineur BWV 1062.

L’oeuvre comprend donc trois mouvements, et dure environ 15 minutes.

1- Vivace (rapide et animé)
2- Largo ma non tanto (lent)
3- Allegro (rapide et animé)

Une version de référence: Yehudi Menuhin et David Oïstrakh , filmé Salle Pleyel à Paris en 1958, avec l’Orchestre de Chambre de la RTF et Pierre Capdevielle à la direction.

Pour les exemples audio dans les guides d’écoute:

Cafe Zimmerman, Concert avec plusieurs instruments, volume 2, Céline Frisch et Pablo Valetti, Outhere Alpha, 2003

Focus sur le premier mouvement, Vivace

Dans le mouvement Vivace, Bach utilise une écriture musicale fuguée qui lui est chère : le thème principal appelé « sujet » est repris en imitation par plusieurs instruments. Il semble fuir d’un instrument à l’autre (d’où le mot « fugue », du latin fugere, qui signifie « fuir »).

Dans le style fugato, le thème principal ou des fragments de celui-ci sont imités par d’autres instruments. Le thème est comme une cellule mère de laquelle découlerait toute une série de variations (longueurs différentes, jeux sur la tête du thème -les premières notes- , transposition dans une autre tonalité…).

L’art du contrepoint (punctus contra punctus, note contre note) réside justement dans l’habileté à combiner plusieurs lignes mélodiques entre elles, et Jean-Sébastien Bach excellait dans ce domaine. Le mouvement débute par le premier thème, ou sujet, joué par le violon solo II, et doublé par les seconds violons de l’orchestre.

Dans la mesure qui suit, le violon solo I et le groupe des premiers violons répondent à ce sujet en l’imitant parfaitement dans son dessin mélodique, mais en partant d’une autre note (une quinte au dessus). La première partie se poursuit cependant (contre-sujet).

 

Dans le guide metascore ci-dessus, pour bien mettre en évidence la structure, les parties de violons solo I et II ont été isolées. Dans le conducteur, sur ce passage, et donc dans l’audio, le violon solo I est doublé par le groupe des premiers violons de l’orchestre, et le violon solo II est doublé par le groupe des seconds violons de l’orchestre, ce qui donne une masse sonore plus importante.

Jean François Zygel, au piano, explique le contrepoint et la fugue :

Autres pistes pédagogiques avec les élèves…
➔ Qu’est-ce qu’un concerto?
➔ Quels instruments entends-tu? Quelle famille d’instruments?
➔ Entends-tu les instruments qui s’imitent entre eux?
➔ Présentation du clavecin. Est-il noté sur la partition? A quoi correspondent ces mystérieux chiffrages sous la portée des violoncelles/contrebasses? Qu’est-ce qu’une basse continue?
➔ Pratique vocale ou rythmique sous forme de canon

 

Un autre exemple avec la Tocata et fugue en ré mineur de Jean- Sébastien Bach:

Maintenant que tu connais les caractéristiques musicales de la fugue, pourquoi, à ton avis, le peintre Paul Klee a-t-il appelé ce tableau Fugue en rouge?